Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (18)

En 1993 le bureau des gouverneurs de la Traversée Internationale mit fin à son existence et moi je quittai alors l’organisation de la Traversée. Fin 2002, Jean Guy Gingras est conseiller municipal de la ville de Magog. La traversée traverse des moments difficiles. Le maire Marc Poulin et son conseil municipal n’acceptant pas que la Traversée disparaisse pour le bien …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (17)

Suite au succès de l’édition de la Traversée internationale du Lac Memphrémagog 1987, Jean-Guy Gingras et moi retournons en 1988 à Capri-Naples avec un objectif bien précis : Mettre sur pied une association qui regrouperait tous les réseaux de nage longue distance à travers le monde. Avec Jean Claude Morin, nous avions fait le trajet Montréal-Rome et avions loué une …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (16)

La première décision que nous avons prise fut de nous trouver un vice-président responsable des spectacles. Il fallait planifier et surtout réserver les artistes. Nous ne pouvions prendre la chance de réserver les artistes à la dernière minute. Jean Guy suggéra Nelson Poulin lequel vint nous rencontrer à l’Auberge Orford et suite aux explications fournis sur notre rêve de faire …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (15)

Revenons aux années de cette pratique du droit au bureau de Pelletier, Gagnon, Lessard et Ménard dans les années 1983-1988. En 1987, ce fut l’ouverture du nouveau Palais de justice de Sherbrooke au 375 rue King Ouest, juste en face de notre bureau d’avocats. Dans ces années, la majorité de nos dossiers étaient des dossiers de séparation et de divorce. …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (14)

Avec le recul du temps, j’étais trop jeune pour occuper un tel poste; j’avais besoin que ça bouge plus dans ma vie. Après environ cinq ans comme directeur des services judiciaires, je quitte donc ce poste prestigieux pour revenir en pratique du droit à l’étude légale de Boily Fontaine. En même temps, je m’associe avec Manfred Wolf dans le restaurant …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (13)

En 1977, le poste de directeur des services judicaires s’ouvrit pour la région administrative numéro 5, ce qui comprenait les Palais de justice de Sherbrooke, Granby, Cowansville, Magog, Lac Mégantic et Asbestos, sous la direction générale de Gérard Bessette. _______________________ Un petit cours 101 sur l’administration de la justice dans les Palais de justice au Québec : « Un directeur des …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (12)

Les avocats Jean-Guy Blanchette et Yvon Roberge seront nommés juges à la Cour provinciale, soit la Cour du Québec aujourd’hui. Puis une grande amie, l’avocate Francine Gladu, se joindra à l’étude d’avocats dont la raison sociale sera Durand Pelletier et Gladu, bureau de l’époque toujours situé au coin des rues Wellington et King à Sherbrooke. Les années 1974-1976 furent de …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (11)

Lors de cette période de 1974, le Barreau du Québec a subi la première et la seule grève de ses étudiants en Droit. Nous avions boycotté les examens du Barreau. La grève a duré deux mois, du 15-16 janvier au 15/16 mars 1974,Dans le temps, il y avait six examens: trois avant Noël et trois après Noël; après trois examens, …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (10)

L’abbé Maurice Ruel officia notre mariage; mon confrère et ami Raymond Ringuette s’occupa du déroulement de la cérémonie religieuse. Raymond avait une voix magnifique et un talent de pianiste hors de l’ordinaire. Raymond termina sa carrière à titre de doyen de la Faculté de musique de l’Université Laval à Québec. Le 26 juillet 1969 au soir, Monique et moi quittons …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (9)

L’huissier cogne à la porte; les gens ouvrent et l’huissier, avec un de ses « bodyguards », y entrent. Ils font la demande de paiement et si les gens n’ont pas l’argent, l’huissier, avec ses « videurs », vident la maison et y transportent les objets saisis dans un camion. Quand le camion est plein, le camion se dirige sur …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (8)

Je me retrouve donc en 1967-68, en Rhétorique, au Séminaire St-Charles de Sherbrooke. Je me loue un appartement 4 ½ sur la rue Peel, non loin du Séminaire. Je fréquente toujours Monique; tous les dimanches, je me retrouve avec elle chez ses parents où, avec ses frères et sœurs, nous jouions au 500 sans tricher, bien entendu, puis nous chantions, …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (7)

Les funérailles passées, je retourne en novembre 1966 à l’Externat classique d’Asbestos. À cette époque, nous sommes en pleine révolution tranquille. C’est quasiment le plein emploi, les églises commencent à se vider, nos parents se réunissent les samedis soir dans les sous-sols de maison pour danser et découvrir la sexualité hors mariage. C’est le début des séparations de couple et …