Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (12)

Les avocats Jean-Guy Blanchette et Yvon Roberge seront nommés juges à la Cour provinciale, soit la Cour du Québec aujourd’hui. Puis une grande amie, l’avocate Francine Gladu, se joindra à l’étude d’avocats dont la raison sociale sera Durand Pelletier et Gladu, bureau de l’époque toujours situé au coin des rues Wellington et King à Sherbrooke. Les années 1974-1976 furent de …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943

Les avocats Jean Guy Blanchette et Yvon Roberge seront nommés Juges à la Cour Provinciale soit la Cour du Québec aujourd’hui. Puis une grande amie, l’avocate Francine Gladu, se joindra à l’étude d’avocats dont la raison sociale sera Durand Pelletier et Gladu, bureau toujours situé à l’époque au coin des rues Wellington et King à Sherbrooke. Les années 1974-1976 furent …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (11)

Lors de cette période de 1974, le Barreau du Québec a subi la première et la seule grève de ses étudiants en Droit. Nous avions boycotté les examens du Barreau. La grève a duré deux mois, du 15-16 janvier au 15/16 mars 1974,Dans le temps, il y avait six examens: trois avant Noël et trois après Noël; après trois examens, …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (10)

L’abbé Maurice Ruel officia notre mariage; mon confrère et ami Raymond Ringuette s’occupa du déroulement de la cérémonie religieuse. Raymond avait une voix magnifique et un talent de pianiste hors de l’ordinaire. Raymond termina sa carrière à titre de doyen de la Faculté de musique de l’Université Laval à Québec. Le 26 juillet 1969 au soir, Monique et moi quittons …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (9)

L’huissier cogne à la porte; les gens ouvrent et l’huissier, avec un de ses « bodyguards », y entrent. Ils font la demande de paiement et si les gens n’ont pas l’argent, l’huissier, avec ses « videurs », vident la maison et y transportent les objets saisis dans un camion. Quand le camion est plein, le camion se dirige sur …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (8)

Je me retrouve donc en 1967-68, en Rhétorique, au Séminaire St-Charles de Sherbrooke. Je me loue un appartement 4 ½ sur la rue Peel, non loin du Séminaire. Je fréquente toujours Monique; tous les dimanches, je me retrouve avec elle chez ses parents où, avec ses frères et sœurs, nous jouions au 500 sans tricher, bien entendu, puis nous chantions, …

Une vie bien ordinaire au Québec depuis 1943 (7)

Les funérailles passées, je retourne en novembre 1966 à l’Externat classique d’Asbestos. À cette époque, nous sommes en pleine révolution tranquille. C’est quasiment le plein emploi, les églises commencent à se vider, nos parents se réunissent les samedis soir dans les sous-sols de maison pour danser et découvrir la sexualité hors mariage. C’est le début des séparations de couple et …